Armitage study : kiss scene (part 2)

Comme toujours, la version française de l’article sous « lire la suite » !

After this interruption due to  my ramblings, back to what we’re interested in – or at least what interests me  – : Mr A’s kiss scenes.

The second scene to pass under my searching eye is  the first kiss between Maya and John Lucas. This is the real deal, we are far from the pious and chaste kiss exchanged between Guy and Meg ! Like in my first analysis, opinions developped here are mine, it’s the perception I have of the scene and not the ultimate and absolute truth of the latter. You might not share my point of view, and that’s great ! Feel free to comment, I love to discuss😉

It’s always better when it’s moving !

What interests me above all is their body language and love parade before kissing, especially Maya’s, because it’s the only time I felt connected to this character. They’re standing at opposite ends of the room, him near the door, she near the bay window. She doesn’t remove her coat once she’s in, she doesn’t intend to stay. Not avoiding his gaze, Maya struggles to hold it, even when she tries to unravel his lies. Despite her desire to confront John, staring at him intensely, she always look away after a few seconds because she can’t stand it. I think she knows that at any moment she might succumb, somehow, she has already « lost » the battle by agreeing to come, and moreover at home (not a public place but an intimate one although impersonal in the case of a spy). Obviously, her arms are folded across her chest, a classic. But beyond the fact that Maya stands back and is shut, I think she’s mostly on the reserve, trying to protect herself from being hurt again. She wants to believe in John, to be convinced by what he says, otherwise she would not be there. If Maya keeps her distance and keeps her arms firmly crossed it’s because she’s also protecting herself from her own weaknesses. I see  her behaviour as way to give herself courage and above all to avoid any temptation :  stay away from John, do not touch him, do not look at him for too long, as if  his proximity was intoxicating and therefore irresistible😉. There’s probably an element of pride in her attitude as well, wounded pride by the lies of the man she loved.

As for John (you can’t imagine how hard it is for me to write John instead of  Lucas …..), he doesn’t move. He’s wrong, so he lets her come to him, the choice is not his, it’s hers. He’s not in control of the situation, he hopes for reconciliation but in disbelief. From the moment Maya starts to « weaken », she gets closer to him. Very close indeed, closer than in a casual conversation, with only a few inches between them. She still keeps her arms crossed though, still protecting herself both from him and herself. While Maya’s gaze continues to shift from John’s, he never stops staring at her. At no time until he closes his eyes when he kisses her. If I remember correctly, the only times he avoids her eyes are when he lies shamelessly. The opposite of what we saw between Guy and Meg. John wants Maya, he loves her, devouring her with his overwhelming gaze. Because he doesn’t want to seem threatening, he stands slightly hunched, he is vulnerable, at the mercy of the woman he loves, and especially of her decision. Despite their different heights, their eyes are almost at the same level.

Close your eyes and you’ll remember. Close your eyes.

When she completely stops to look at him , her eyes downcast, he leans gently towards her, seeking her gaze, trying to convince her to trust him. I think he feels he has an opening, that she’s about to yield. Thus, his words are softer, he talks to her in an intimate whisper barely audible. Every time I hear him utter those words, I shudder. If John asks Maya to close her eyes, beyond the simple fact to remember, above all he asks her to trust him. To close one’s eyes  is putting  oneself in a weak position, it’s being at somebody’s mercy, it’s offering oneself to someone. And she agrees. Not without a last attempt to fend him off. From the moment her eyelids are closed, she recoiled, her body doesn’t move but she puts her head as far as possible from his.

Although he somehow « won », John keeps his distance. He’s hesitant. I have long believed that it was he who approached her, but while rewatching  the scene several times – what torture ! – I realized that it wasn’t the case. Yes, it’s he who makes the first step, it’s he who kisses her. But Maya has an ambiguous attitude. Indeed, she initially recoiled when she closes her eyes. But after John has got slightly nearer to her, she moves her face to meet his, stopping just a few inches from him. It’s clearly shown on the screenshots below. When you’re this close to someone, you feel it. You feel the warmth of her/his body next to yours, you feel his/her breath against your face, you’re acutely aware of this proximity. Maya knew this would happen, she tried to resist, but she yielded. But she’s not active, she lets John chooses for her by a tacit agreement, too torn between her conflicted feelings.

Maya, not as passive as I thought she was

Again I stress the importance of  John’s gaze during this scene. Even when Maya closes her eyes, he’s constantly staring at her, fixing her eyelids. When she moves towards him, his gaze drifts to her lips, the universal code for a) I badly want to kiss you or b) you have a piece of lettuce stuck between your teeth. I vote for the first proposition in this case ! And while the tip of his nose gently caresses hers, he looks at her one last time before closing his eyes, overwhelmed by his feelings.

What I especially like  in this kiss is that it’s in two stages. The first act is extremely soft and slow while in restraint, their lips  barely moving. John kisses Maya, not vice versa. It’s a kiss of two former lovers who rediscover each other, getting to know each other once again. Then sensuality takes over the kiss. Lust kicks in, they need  to be closest to the loved one, to merge,  to feel at one. John straightens up gradually in the first act, gaining confidence, dominating Maya and pressing his face against hers. The second act is passionate, fiery and sensual. Maya gets really active in their kiss, taking his head in her hands, clinging to him, disappearing into their embrace.

If I weren’t a hopeless romantic, that kiss would probably be my all time favourite because it’s the one in which I find myself the most. I love the fact that there’s this tension throughout the scene, a tension which is released only when they kiss (at last) before being replaced by another type of tension. I like this build-up, slow but inexorable, that fumbling and  shy hesitation  that turns into a turmoil of senses. I was this girl in a complicated relationship, loving as much as hating this man, refusing to yield because of my wounded pride, but who can’t resist him, swept by a sense of physical communion as well as a communion of mind. I’ve been kissed like that and I kissed like that. I was this girl behind a complicated relationship, loving a man and hating myself for what he was going through because of me, desperate to get him back but keeping him at bay to protect him, wanting him more than anything and overwhelmed by this single connection. When I see John and Maya kissing, I find myself in one AND the other. That’s why this kiss has such a distinctive place in my heart.

Après cette interruption due à mes divagations du moment, revenons à ce qui nous intéresse (ou du moins ce qui m’intéresse : les baisers de Mr A.

La deuxième scène a passer sous mon oeil scrutateur est celle du premier baiser entre Maya et Lucas John. Cela commence à être du sérieux, on est loin du pieux et chaste baiser échangé entre Guy et Meg ! Comme pour ma première analyse, je précise que les avis développés sont les miens, qu’il s’agit de la perception que j’ai de la scène et non de la vérité ultime et absolue sur cette dernière. Il se peut que vous ne partagiez pas la même vision des choses que moi, et c’est tant mieux ! N’hésitez pas à commenter, j’adore débattre ;)

C’est toujours mieux quand ça bouge !


Ce qui m’intéresse est avant tout leur parade amoureuse d’avant baiser ainsi que leur langage corporel, plus particulièrement celui de Maya, car c’est le seul moment où je me suis sentie connectée à ce personnage. Ils se tiennent chacun à un bout de la pièce, lui près de la porte, elle près de la baie vitrée. Elle ne retire pas son manteau une fois entrée, elle ne veut donc pas rester. Sans éviter son regard, elle a du mal à le soutenir, même quand elle essaye de lui tirer les vers du nez et de dénouer ses mensonges. Malgré son envie de le confronter en le fixant intensément des yeux, elle détourne systématiquement le regard au bout de quelques secondes car elle ne peut pas soutenir celui de John. Je pense qu’elle sait qu’à tout moment elle peut succomber, en quelque sorte, elle a déjà « perdu » la bataille en acceptant de venir le voir, qui plus est chez lui ( pas un lieu public, non, un lieu intime, bien qu’impersonnel dans le cas d’un espion). Bien évidemment ses bras sont croisés sur sa poitrine, un classique. Mais au-delà du fait que Maya soit en retrait et fermée, je pense qu’elle est surtout sur la réserve et qu’elle se protège. Elle a envie de croire en John, d’être convaincue par ce qu’il dit, sinon elle ne serait pas là. Si elle garde ses distances et garde ses bras fermement croisés c’est parce qu’elle se protège d’elle-même et de ses faiblesses. J’y vois une façon de se donner du courage et surtout d’éviter toute tentation : ne pas s’approcher de John, ne pas le toucher, ne pas le regarder trop longtemps, comme si sa proximité était intoxicante et pourquoi pas irrésistible ;).  Il y a certainement une part de fierté dans son attitude, fierté blessée par les mensonges de l’homme qu’elle aimait.

De son côté John (vous n’imaginez pas à quel point c’est dur pour moi d’écrire John au lieu de Lucas …..) ne bouge pas. Il est en tort et la laisse venir, le choix n’est pas le sien. Il n’est pas en contrôle de la situation, il espère une réconciliation sans y croire. A partir du moment où Maya commence à « faiblir », elle se rapproche de lui. Elle est même très proche de lui, plus que lors d’une conversation banale puisque seulement quelques centimètres les séparent. Elle garde pourtant les bras croisés, se protégeant toujours de lui et d’elle-même.  Là où le regard de Maya ne cesse de dévier de celui de John, il ne la quitte pas des yeux. A aucun moment jusqu’à ce qu’il ne ferme les yeux lorsqu’il l’embrasse, il ne la quitte des yeux. Si mes souvenirs sont bons, les seules fois où il évite son regard sont lorsqu’il lui ment effrontément. Tout le contraire de ce que nous avons vu entre Guy et Meg. John désire Maya, il l’aime c’est pourquoi il la dévore des yeux.  Parce qu’il ne veut pas paraître menaçant, il se tient légèrement voûté, il est fragile, à la merci de cette femme qu’il aime et surtout de sa décision. Malgré leur différence de tailles, leurs yeux sont quasiment au même niveau.

Ferme les yeux et tu te souviendras. Ferme les yeux.

Lorsqu’elle cesse complètement de le regardait,  ses yeux baissés, il se penche doucement vers elle, cherchant son regard, essayant de la convaincre de lui faire confiance. Je pense qu’il sent qu’il a une ouverture, qu’elle est sur le point de céder. Ainsi, ses mots se font plus doux,  il s’adresse à elle dans un murmure intime à peine audible. A chaque fois que je l’entends prononcer ces mots, je frissonne. Si John demande à Maya de fermer les yeux, au-delà du simple fait de se souvenir, il lui demande avant tout de lui faire confiance. Fermer les yeux, c’est se mettre en position de faiblesse, c’est être à sa merci, c’est s’offrir à lui. Ce qu’elle accepte. Non sans un dernier tentative de retrait. Dès l’instant où ses paupières sont closes, elle a un mouvement de recul, son corps ne bouge pas, mais elle éloigne le plus possible son visage du sien.

Bien qu’il ait en quelque sorte « gagné », John garde ses distances. Il est hésitant. J’ai longtemps cru que c’était lui qui s’approchait d’elle or en me repassant plusieurs fois la scène (ce qu’il ne faut pas faire, quelle torture ! :D) j’ai réalisé que ce n’était pas le cas. C’est lui qui fait le premier pas, c’est lui qui l’embrasse, c’est lui qui fait la plus grande partie du chemin, soit. Mais Maya a une attitude ambiguë. Effectivement, comme nous l’avons vu, elle a d’abord un mouvement de recul lorsqu’elle ferme les yeux. Mais après que John se soit légèrement rapproché d’elle, elle avance son visage, allant à sa rencontre, s’arrêtant à tout juste quelques centimètres de lui. On le voit clairement sur les captures d’écran ci-dessous, la caméra n’ayant pas bougé. Lorsque l’on est aussi proche d’une personne, on le sent. On sent la chaleur de son corps près du nôtre, on sent son souffle contre notre visage, on est extrêmement conscient de cette proximité. Maya savait ce qui allait se passer, elle a essayé de résister, mais elle a cédé. Elle se retient pour autant d’être active, comme si elle laissait son choix à John par un accord tacite, trop tiraillées entre ses sentiments contradictoires.

Je vais encore insister sur l’importance du regard durant cette scène. Même lorsque Maya ferme les yeux, John ne cesse de la regarder, fixant ses paupières closes. Lorsqu’elle se rapproche  de lui, son regard dévie vers sa bouche, le code universel pour a) j’ai terriblement envie de t’embrasser ou b) tu as un morceau de salade coincé entre les dents. Je vote pour la première option dans le cas présent ! Et alors que le bout de son nez caresse doucement le sien, il la regarde une dernière fois avant de fermer les yeux et d’être submergé par ses sensations.

Ce qui me plaît plus particulièrement dans ce baiser c’est qu’il soit en deux temps. Le premier acte est extrêmement doux et lent, tout en retenue, leurs lèvres ne bougeant presque pas. John embrasse Maya et non l’inverse. C’est le baiser de eux anciens amants qui se redécouvrent, qui s’apprivoisent. Et puis la sensualité du baiser prend le dessus. Le désir charnel entre en jeux, ce besoin d’être le plus proche de l’être aimé, de se fondre en lui pour ne faire plus qu’un. John se redresse progressivement au cours du premier acte, prenant de l’assurance, dominant Maya de sa hauteur et pressant son visage contre le sien. Le second acte est passionné, fougueux et charnel. Maya devient vraiment active de leur baiser, prenant sa tête entre ses mains, se collant à lui, disparaissant dans leur étreinte.

Si je n’étais pas une indécrottable romantique, ce baiser serait sans doute sur la première marche car c’est celui dans lequel je me retrouve le plus. J’adore le fait qu’il y ait cette tension durant tout la scène, tension qui ne se relâche qu’au moment où ils s’embrassent (enfin) avant d’être remplacer par un autre type de tension. J’aime cette montée en puissance, lente mais inexorable, ce tâtonnement et cette hésitation timide qui se transforme en bouleversement des sens. J’ai été cette fille dans une relation compliquée, aimant autant que je détester cet homme, refusant de lui céder à cause d’une fierté blessée, mais ne pouvant lui résister, balayée par une communion des sens aussi bien qu’une communion de l’esprit. J’ai été embrassée comme cela mais j’ai également embrassé comme cela. J’ai été cette fille à l’origine d’une relation compliquée, aimant un homme et me détestant pour ce qu’il traversait à cause de moi, désespérée à l’idée de le récupérer mais le gardant à distance pour le protéger, le voulant plus que tout et submergée par cette unique connexion. Quand je vois John et Maya s’embrasser, je me retrouve dans l’un ET l’autre. C’est pourquoi ce baiser a une place si particulière dans mon coeur.

  1. Great analysis! It is one of my favourite kisses as well and I always thought it was a shame that it got overshadowed by the fan’s dislike of Maya plus by the first hints that John is somewhat of a bad apple. He wasn’t completely honest with her, evading her questions, because he wanted to get her into bed and she might have decided differently had he told the the truth.

    • I feel that way too, and it’s such a shame this kiss is so underrated compared to the ultimate one ( John/Margaret) because of Maya’s character. Even if John is a liar, I feel like he believes in his own lies, he’s been telling them for so long that they’ve become « his » truth. So I don’t see him like a manipulative liar who tries to her into bed. He believes he’s honest with her, even if he’s not🙂

  2. I enjoyed your analysis! I love the kiss but it makes me uncomfortable, too. I think because of the lack of honesty here. Is it love or remembered love or just physical lust? Either way, John (oh I hate typing that, too) is not being honest with anyone in his life especially Maya and most importantly, himself. But there is a lot going on in this scene. When you know how everything plays out, and go back a re watch the scene, you see even more! Thanks!😉

    • As I’ve writen in another comment, I think he believes he’s honest, even if in the viewer’s eyes he’s not, because he’s been lying for so long that he’s started to believe in his own lies, deceiving himself. He wants to be the good guy.
      Physical lust ? a thousand times yes😉

  3. Pingback: Legenda 28: Stuff worth reading « Me + Richard Armitage

  4. I loved this analysis too! You have a real knack for analysing RA kisses, you know!🙂 His whispered words send shivers up and down my spine too…

  5. This is prob the most perfect and make-me-gasp-kiss I’ve ever seen on screen.(forgive me John Thornton!!) I still don’t have any opinion of Maya (and it’s also still my beloved Lucas) as I haven’t persuaded myself to finish series 9, after watching episode 4 a couple of months ago. (The DVD is lying around for over a year now! Isn’t that somehow weird! One can`t say that we’re drowning in a flood of new stuff of Richard recently… ;.) ) Therefore, physical lust… of course, a thousend times!! I love this incredibly palpable tension, this slow built-up. You described it so wonderfully. It gives me repeatedly goosebumps allover. I’m strongly convinced that Mr. Armitage is a (real) good kisser. Mmmmm.

  6. Bizarre mais moi je préfère le baiser échangé dans Nord et Sud : car je trouve que c’est à la fois le plus « chaste » mais également le plus désiré des baisers et pour les deux. Quand il met sa main sur la joue de Margaret et qu’il pose sa bouche sur celle de sa compagne c’est absolument divin … et puis son regard .. il y a tout. La scène avec Maya me plait moins car son nez y est complètement plié et même s’il y a une ici une forte intensité entre John et Maya, il n’y a pas la découverte du baiser, son goût, sa douceur, son innocence, la réalisation de cette si longue attente (pour nous et pour John) …

    • Je n’ai pas dit qu’il s’agissait de mon baiser préféré. Il fait parti de mon top 3, devant le chaste échangé entre Guy et Meg, et loin derrière, bien évidemment, celui de Nord et Sud (que je n’ai toujours pas eu l’occasion de détaillé). Celui de Spooks, même s’il débute tendrement, est brusque, passionné et presque animal. Lucas/John désire Maya plus qu’il ne l’aime. Alors que dans le cas de Nord et Sud, il y a tout. C’est le baiser parfait en quelque sorte🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s