« I believe I’ve seen hell, and it’s white, it’s snow white. »

 A new computer came into my life. And it’s far from being the only change I’ve been experiencing. During the last 5 months, I broke up with the man who shared my life for 3 years and I moved into an apartment much smaller, in which I’m trying to learn to live alone after having lived with someone for so long. I lost not only my companion but mostly a very good friend.

I also reconnected with the first man to whom I had the innocence of saying « I love you », almost 10 years from now. I do not believe in the concept of soul mate. I do not believe that there is on this small stone that is our planet a single person for me. I do not think a relationship can last a lifetime. I’m not romantic. I’m way too pragmatic and practical to let me go to this kind of thinking. And yet here I am, caught in the strangest relationship I’ve ever experienced with this man I’ve met when I was barely 15.  

With all these « distractions », it suddenly seems more consistent than I miss the excitement of the last few months and that Richard went into the background.  
But here I am, sitting at my desk in front of my screen at this late hour, writing. I needed to write. To talk about it, about Mister A. His voice, how I feel when I see him, when I hear him. I’m always struck by his ability to leave me speechless. To turn my head upside down, to hit me in my stomach, in my heart, whenever I hear the sound of his voice. It’s not about his pretty face and his yummy peaches. At least not « only » for that. But why this sudden urge? This craving? By transferring my documents on my new computer, I rediscovered audio files (audiobooks, Cbeebies stories and excerpts from interviews) from my « Armitage » file. And what a slap. Again and again. This physical reaction so visceral, goosebumps on my arms, node belly, excitement, as if it was the first time. Only one other person makes me feel that way, and I realize now how much these two people are alike. Without even thinking, I grabbed the DVD of North and South and launched the first episode. I wanted more, I needed the comfort that could bring me Richard Armitage as my personal fantasy.  

The integrity of this blog has been compromised, just like my tumblr’s since a person close to me has had access to these platforms. It’s also one of the reasons for my silence. I’ve always spoken freely here and expressed my ideas without filters. I find it difficult, however, to act as if nothing had happened. But I don’t want to be ashamed of what I am, of what I like, of what I think. I’m not ashamed to be part of this army, in my way. So I’ll try.  

I still need some softwares to recover before I show you some beautiful creations of my own and my late reactions on photoshoots who made me swoon🙂 I have a voice and I’m gonna use it.  

Good night Armitage Army.

Un nouvel ordinateur est entré dans ma vie. Et il est loin d’être le seul changement que ma vie ait connu. Au cours de ces 5 derniers mois, j’ai rompu avec l’homme qui partageait ma vie depuis 3 ans et j’ai déménagé dans un appartement beaucoup plus petit dans lequel j’essaye d’apprendre à vivre seule après avoir vécu en couple si longtemps. J’ai perdu mon conjoint mais j’ai surtout perdu un très bon ami.  

J’ai également renoué contact avec le premier homme à qui j’ai eu l’innocence de dire « je t’aime », ce il y a près de 10 ans maintenant. Je ne crois pas au concept d’âme soeur. Je ne crois pas qu’il y ait sur ce petit caillou qui nous sert de planète une seule et unique personne faite pour moi. Je ne crois pas qu’une relation amoureuse puisse durer une vie entière. Je ne suis pas fleur bleue. Je ne suis pas romantique. Je suis trop pragmatique pour me laisser aller à ce genre d’idée. Et pourtant me voilà embarquée dans la relation la plus étrange que j’ai connu avec cet homme que je fréquente en pointillé depuis 10 ans.  

Avec toutes ces « distractions », il semble soudain plus cohérent que je rate l’excitation de ces derniers mois, que Richard passe en arrière-plan.  

Mais me voici, assise à mon bureau, devant mon écran à cette heure tardive, à écrire.J’avais besoin d’écrire. De parler de lui, de Mister A. De sa voix, de ce que je ressens quand je le vois, quand je l’entend. Je suis toujours frappée par sa capacité à me laisser bouche bée. A me retourner la tête, le coeur, le ventre, dès que j’entend le son de sa voix. Ce n’est pas son physique. Du moins pas « que » son physique. Pourquoi cette envie soudaine ? Ce besoin impérieux ? En transferrant mes documents sur ce nouvel ordinateur, j’ai redécouvert les fichiers audios ( audiobooks, Cbeebies stories et extraits d’interviews) de mon dossier « Armitage ». Et quelle claque. Encore et toujours. Cette réaction physique si viscérale, la chair de poule, le noeud au ventre, l’excitation, comme au début. Une seule autre personne me fait ressentir cela, et je me rend compte à présent à quel point ces deux personnes se ressemblent. Sans même réfléchir, j’ai saisi le coffret DVD de Nord et Sud et lancé le premier épisode. J’en voulais plus, j’avais besoin du réconfort que pouvait m’apporter Richard Armitage en tant que fantaisie personnelle.  

L’intégrité de ce blog a été compromise, tout comme celle de mon tumblr, une personne de mon entourage ayant eu accès à ces plateformes. C’est aussi une des raisons de mon silence. J’ai toujours parlé librement ici, exprimé mes idées sans filtres. Il m’est cependant difficile de faire comme si de rien n’était. Pourtant je ne veux pas avoir honte de ce que je suis, de ce que j’aime, de ce que je pense. Je n’ai pas honte de faire partie de cette armée, à ma façon. Alors je vais essayer.  

J’ai encore besoin de récupérer certains logiciels et de retrouver mes marques avant de vous présenter quelques jolies créations de mon cru ainsi que mes réactions tardives sur des séances photos qui m’ont faite baver par exemple🙂 J’ai une voix et je compte bien m’en servir.  

Bonne nuit Armitage Army.

  1. Hang in there — interesting developments. I look forward to what you have to say.

    It’s been interesting to me, as more and more of my RL friends learn about the blog, how they have reacted — and it’s never been as negatively as I feared.

  2. Pingback: Legenda 67: Stuff worth reading | Me + Richard Armitage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s